Sélectionner une page

POUR QUE VOS DÉPLACEMENTS FINISSENT TOUJOURS BIEN !

La Suisse est la championne des transports publics (TP). Il est pratique et facile de les utiliser pour aller au travail, faire du shopping ou se mettre au vert. En plus, les TP sont très sûrs.


Mais le risque zéro n’existe pas. En 2017, la Confédération a recensé 167 accidents graves en lien avec les  TP ayant provoqué la mort, des blessures graves ou d’importants dégâts matériels. S’y ajoutent plusieurs centaines d’accidents avec des blessés légers ou des dommages de peu d’importance.


Un comportement inapproprié est souvent en cause. L’attention, la prudence et la vigilance sont les meilleurs moyens pour éviter les accidents.

QUELS SONT LES BONS RÉFLEXES À ADOPTER ?

Notre super-héros et sa fidèle monture apportent des éléments de réponse dans les vidéos ci-dessous 

QUELQUES CHIFFRES

blessés graves en 2017

morts en 2017, dont 16 pour cause d’insouciance ou d’étourderie

la distance nécessaire pour arrêter un train voyageurs à 140 km/h

La force ressentie par un adulte quand un bus doit faire un freinage d’urgence

BON À SAVOIR


Risque :

  • La probabilité par voyageur-kilomètre de mourir dans un accident de train est 28 fois plus faible que celle de décéder dans un accident de voiture. Il est aussi nettement plus sûr de voyager en bus et en tram qu’en voiture.
  • Malgré tout, une trentaine de personnes trouvent la mort chaque année en lien avec les transports publics.


Trafic ferroviaire :

  • Les trains de voyageurs peuvent atteindre un poids de 900 tonnes et circuler jusqu’à 200 km/h.
  • Plus un train va vite, plus la force d’aspiration qu’il génère sera élevée, augmentant d’autant le risque pour les personnes et les objets au bord des rails.
  • Un train de voyageurs qui circule à 140 km/h et qui doit soudain freiner a besoin d’environ 750 m pour s’arrêter.


Trafic de bus et tram :

 

  • En ville, les TP doivent composer avec les piétons, les cyclistes, les voitures et tous les autres utilisateurs de la route. Il leur arrive donc de devoir manœuvrer ou freiner brusquement.
  • En cas de freinage d’urgence, une personne debout dans un bus sera projetée dans le véhicule avec une force représentant la moitié de son poids au minimum.
  • Un tram pèse plus de 30 tonnes. En roulant à 50 km/h, il a besoin d’une distance de freinage d’environ 40 m. Pour un bus, il faut compter presque 20 m.

LES RÈGLES D'OR


A l’arrêt de bus ou sur le quai de la gare
 :

  • Toujours garder une distance de sécurité et rester derrière la ligne blanche de sécurité : pour éviter de tomber sur les voies par étourderie, en cas de bousculade ou de perte d’équilibre ainsi que pour éviter la force d’aspiration d’un train à pleine vitesse.
  • Rester attentif et vigilant : surveiller les enfants, tenir fermement les valises à roulettes, poussettes et autres objets susceptibles de rouler (skateboard, tricycle…).
  • Ne jamais essayer de retenir un bus sur le départ ou de monter dans un train en marche.


Dans le véhicule
:

  • S’asseoir si des places assises sont disponibles.
  • Se tenir fermement aux barres et poignées de sécurité si on est debout dans le véhicule.
  • Attendre que le train/bus/tram soit à l’arrêt avant de se lever ou de se déplacer.


Là où circulent des bus, des trams ou des trains
:

  • Garder les yeux et les oreilles grand ouverts pour entendre et voir les bus/tram/train qui passent. Ne pas se déplacer en écoutant de la musique avec des écouteurs ou en ayant le regard rivé sur son smartphone.
  • Ne pas traverser les voies de chemin de fer. Toujours emprunter les passages prévus pour la sécurité des usagers (passage sous-voie, passerelle, passage à niveau).
  • Respecter la signalisation et les prescriptions de sécurité.

Happy End est une campagne conjointe de l’Office fédéral des transports OFT, du bpa – Bureau de prévention des accidents et des CFF.